S'adapter au mouvement

du jeudi 2 mai au samedi 4 mai 2019

C1: Activer le système moteur pour réduire la douleur : bases neurophysiologiques et implications cliniques

Date : 3 mai 2019
Heure : 13:00 - 13:50

Description de l'activité

Les exercices thérapeutiques sont parmi les approches les plus utilisées dans le traitement des douleurs chroniques. Pour plusieurs, l’effet bénéfique des exercices s’explique purement par les changements périphériques/ biomécaniques qu’ils engendrent (ex. : renforcement des muscles, stabilisation des articulations douloureuses). 
 
Les travaux réalisés au cours des dernières années dans le domaine des neurosciences permettent toutefois de suggérer qu’une partie importante de l’effet hypoalgésique des exercices est attribuable à des changements neurophysiologiques, impliquant notamment le cortex moteur et ses projections descendantes. La présente conférence résumera l’état des connaissances sur le sujet, tout en abordant l’efficacité de nouvelles approches de stimulation non-invasive, ciblant le système moteur.

Intervenant(s)

Guillaume Léonard, PhD

Lieu d'études/travail

Université de Sherbrooke et Centre de recherche sur le vieillissement CIUSSS de l’Estrie CHUS

Profil de l'intervenant(s)

Titre:
Professeur agrégé
École de réadaptation
Faculté de médecine et des sciences de la santé
Université de Sherbrooke
 
Formation:
  • Postdoctorat : physiothérapie
  • Ph.D. Sciences cliniques (douleur)
  • M. Sc. Sciences de l'activité physique (neurosciences)
  • B. Sc. Physiothérapie
Thèmes de recherche:
La douleur chronique est une problématique de santé importante chez les aînés, affectant près d’un individu sur deux. Professeur à l’École de réadaptation de l’Université de Sherbrooke et chercheur au Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie ‒ CHUS, le Pr Guillaume Léonard s’intéresse au problème de la douleur chez les aînés.
 
Ses travaux visent, dans un premier temps, à mieux comprendre l’interaction entre la douleur, le système moteur et la mémoire. Les résultats, émanant de ces activités de recherche, permettent non seulement de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau humain, mais également de cerner les mécanismes neurophysiologiques potentiellement impliqués dans la chronicisation de la douleur. Les travaux du Pr Léonard visent également à améliorer l’évaluation et le traitement de la douleur chez les aînés.
 
En tant que physiothérapeute, Pr Léonard s’intéresse particulièrement au potentiel des techniques de neurostimulation (neurostimulation périphérique, stimulation transcrânienne) comme avenues thérapeutiques pour diminuer les douleurs et maximiser la fonction physique des personnes âgées.